L’Oriental fashion show, une édition digitale inédite

Coronavirus oblige ! La Marocaine Hind Joudar, fondatrice de l’Oriental Fashion Show, un événement mode d’envergure internationale qui célèbre la haute couture orientale et porte haut et fort le caftan marocain, revient avec une fashion week digitale avant-gardiste.
En raison de la pandémie, l’industrie de la mode s’est vue obligée de se réinventer et de s’adapter. Plus que jamais, l’heure est à l’innovation et l’Oriental Fashion Show ne déroge pas à cette nouvelle règle dictée par un contexte inédit.

A l’instar de la Fashion week de Londres, de Paris et de Milan, cet événement, première plateforme internationale dédiée à la Couture et à la mode orientales, revient avec force mais cette fois-ci sur le web en organisant, du 3 au 8 juillet, la première édition digitale orientale.

La Marocaine Hind Joudar, fondatrice de l’Oriental Fashion Show
La Marocaine Hind Joudar, fondatrice de l’Oriental Fashion Show

L’événement, qui a pour habitude de sillonner le monde, d’escale en escale, afin de retracer l’histoire métissée de la mode orientale et faire valoir un patrimoine souvent méconnu, devra s’adapter à un nouveau contexte, se régénérer et explorer le champ du virtuel afin de mieux appréhender l’avenir.

Au programme de cette semaine de la mode digitale, des interviews avec les personnalités qui ont accompagné le cheminement de l’événement « Sur la route de la soie et d’Al Andalous », qui a donné lieu à ce concept de défilé de mode de la couture orientale, ainsi que des rétrospectives vidéo des plus beaux podiums de l’Oriental Fashion Show depuis sa création. Des webinaires avec les créateurs participant à l’événement sont également prévus tout au long de la semaine afin de définir les contours de la mode de demain, se pencher sur l’avenir de l’industrie et appréhender les nouveaux enjeux qui se profilent.

En se digitalisant, l’Oriental Fashion Show s’inscrit dans une approche avant-gardiste, accessible à tous et éco-responsable visant à mettre le créateur au centre d’une réflexion sur le renouvellement de la mode mais aussi des fashion week, souligne sa Fondatrice Hind Joudar, par ailleurs présidente de l’Association « Route de la Soie et d’Al-Andalus ». Depuis les dix dernières années, l’Oriental fashion show n’a jamais manqué les Semaine de la Haute Couture parisiennes. « Cette année, toutes les manifestation ont été annulées, il a fallu maintenir le rendez-vous, mais comment? On a pensé à plusieurs solutions dont la présentation des nouvelles collections en ligne, mais nos designers sont pour 90% d’entres eux basés hors Europe, et certains sont encore confinés, il était difficile de préparer du contenu à distance pour cette fashion week digitale », a-t-elle expliqué.

Lire l’intégralité de l’article sur Libération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *